Critique : « Le Maître des Ombres », de Jean-Christophe Chaumette

Quatrième de couverture : En 2031, les États Sanctifiés et Unis d’Amérique contrôlent le Proche et le Moyen-Orient, à l’exception de l’Iran contre qui a été lancée l’opération « Justice divine ».
Jason Garnett, lieutenant de l’armée de terre, capture un soldat ennemi dans la crypte d’une ziggourat vieille de trente-trois siècles.
La vision d’un terrifiant pictogramme gravé sur un des murs entraîne Jason dans une quête plus dangereuse que toutes les luttes qu’il a menées jusque-là.

Pourchassé par les combattants de l’islam, il part à la recherche de la geôle dans laquelle les zoroastriens pensaient avoir enfermé l’incarnation du dieu des ténèbres.
Avec l’aide de son prisonnier, d’un rabbin de la secte des haredim et d’une infirmière française, il devra comprendre quelle est la pire menace : le Maître des ombres, ancien démon captif depuis des millénaires, ou la folie des hommes dont l’âme est le véritable champ de bataille entre Ormuzd et Ahriman, le dieu de la lumière et celui des ténèbres.

Pendant plus de vingt ans, Jean-Christophe Chaumette a exploré tous les domaines de la littérature de l’Imaginaire, SF (Le Niwaâd), Fantasy (Le neuvième cercle), ainsi que le roman historique (Le pays des chevaux célestes, sous le pseudo Chris Jensen). Mais c’est surtout à travers le Fantastique qu’il s’est exprimé et a été distingué plusieurs fois par le prix Masterton (L’Arpenteur de mondes, 2001, prix spécial 2009 ; L’Aigle de sang, 2002 ; Le Dieu vampire, 2011).

Détails techniques :

Editeur : Rivière Blanche (2012) / Evidence Editions (2020)

400 pages (broché)
Broché : 18,99 € / Numérique : 7,99 €

Merci à Evidence Editions et leur Crazy Books Day de m’avoir permis de remporter ce livre de Jean-Christophe Chaumette. J’aime beaucoup cette maison d’édition et leur éthique. En effet, chez eux offrir l’accessibilité de leurs ouvrages au plus grand nombre est gravé dans leur ADN.

J’ai donc reçu et entamé avec plaisir ce roman qui se déroule dans un futur très proche où le monde est divisé entre deux puissances adverses, un monde où le Proche-Orient connaît encore des conflits. Au début je me suis un peu demandé où je mettais les pieds tant il était question de guerre et d’armée… Mais très vite, le décor posé, ce fut plutôt une bonne surprise, un récit dans lequel je retrouve tout ce que j’aime de l’anticipation, du thriller, de l’historique, du fantastique… Une impression d’être plongé dans un nouveau 5e élément…

À l’intérieur de la figure géométrique, on avait tracé six yeux et trois bouches, qui composaient un visage difforme… Longtemps, le lieutenant Garnett contempla la hideuse vision, fasciné, hypnotisé. Puis le faisceau de la lampe se déplaça, rejetant dans l’ombre l’image du monstre. Jason s’accrocha à l’échelle de cordes, et attendit pour l’escalader que se calment les tremblements de ses membres.

Jean-Christophe Chaumette possède une très jolie plume grâce à laquelle la lecture de son livre est un vrai plaisir. De plus, il fait vivre ses personnages d’une telle manière qu’il nous suffit de fermer les yeux pour nous imaginer être un spectateur les voyant évoluer sous nos yeux.

Le Maître des Ombres vous emmène à la découverte d’une entraide particulière entre le lieutenant Jason Garnett, son prisonnier soldat ennemi, un rabbin et une infirmière française, poursuivis par les combattants de l’Islam alors qu’ils sont à la recherche de la geôle dans laquelle serait enfermé Le Maître des Ombres, un ancien démon captif depuis des millénaires…

Ma note : 7 / 10

Une critique d’Ulrich Boucher précédemment publiée sur son blog Imaginoire le 13 Mars 2020 à cette adresse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s