Critique : « Le Trône de Fer » (T6 à 9 – intégrale 3), de George R.R. Martin

La quatrième de couverture étant identique à celles de l’intégrale 1 et de l’intégrale 2, je ne vais pas vous faire l’affront de la recopier ici. Voici donc mon bref résumé personnel :

Les couronnes, après s’être multipliées, semblent désormais disparaître les unes après les autres. Assassinats, traîtrises et batailles affaiblissent chaque maison, chaque couronne. Il semble devenu rituel de monter sur l’échelle du pouvoir pour en dégringoler aussitôt. Mais alors que les pièces de l’échiquier de Westeros changent de place, les dieux eux-mêmes semblent y ajouter leurs propres pions.

Né en 1948 dans le New Jersey, George R.R. Martin vendit sa première nouvelle à la revue Galaxy en 1970 et ne cessa jamais d’écrire depuis, que ce soit sous la plume d’un journaliste, d’un scénariste pour la télévision ou d’un romancier à plein temps. Tous les genres de l’imaginaire ont connu ses faveurs : science-fiction d’abord (L’agonie de la lumière, Chanson pour Lya, …), puis fantastique (Riverdream, Armageddon Rag), mais c’est aujourd’hui à la fantasy qu’il consacre tout son temps. Son immense saga Le trône de fer – une fresque épique à mi-chemin entre Les rois maudits et Excalibur – connaît un tel succès mondial que la chaîne américaine HBO l’a adaptée en série télévisée sous le titre Game of Thrones. Il est également l’auteur de Dragon de glace chez Flammarion jeunesse et directeur de la série Wild Cards publiée chez J’ai lu.
George R.R. Martin a été récompensé par de nombreux prix littéraires et a été sélectionné par le magazine Times dans la liste des 100 personnes les plus influentes du monde en 2011.

Détails techniques :

Fantasy – Intégrale 3 compilant les tomes 6 à 9 :

T6 : Intrigues à Port-Réal, Bantam (USA, 2000) / Pygmalion (2001) / J’ai Lu (2003) – Prix Locus roman de Fantasy 2001

Un changement de titre est survenu entre la version grand format (Les Brigands) et la version poche (Intrigues à Port-Réal).

Quatrième de couverture : Le jeune et inconséquent roi Joffrey semble bien installé sur le trône de fer. L’usurpateur Baratheon est mort, l’armée de son frère Stannis a été défaite devant Port-Réal et le souverain Robb se retrouve dépossédé de ses propres terres. Joffrey n’a pourtant participé à aucune bataille. Il doit ces succès au courage de son oncle Tyrion et à la ruse de son grand-père Tywin. C’est un roi velléitaire, lâche et cruel qui s’apprête donc à régner sur les Sept Couronnes. Toutes les forces en présence n’ont cependant pas dit leur dernier mot. Là où les épées n’ont pu l’emporter, la puissance de la magie réussira-t-elle ?

T7 : L’épée de feu, Bantam (USA, 2000) / Pygmalion (2002) / J’ai Lu (2003)

Quatrième de couverture : Les sept couronnes sont exsangues. Le royaume panse ses plaies. Les guerres ont vidé les campagnes, les épidémies ont ruiné les récoltes et les pillards écument les terres dévastées. Pourtant il y a toujours autant de prétendants qui briguent la couronne : chacun dans son repaire échafaude des stratégies. Les Lannister multiplient les alliances fragiles, Stannis Baratheon se réfugie toujours davantage dans le culte de R’hllor, le maître de la lumière, et Robb Stark soupire après son fief en lambeaux. Mais d’autres ennemis se massent aux frontières, loin dans le nord. Et, pendant que les puissants avancent leurs pions, les faibles tentent de survivre…

T8 : Les noces pourpres, Bantam (USA, 2000) / Pygmalion (2002) / J’ai Lu (2004)

Quatrième de couverture : Le temps des batailles est révolu. Le fier royaume des Sept Couronnes n’est plus qu’un champ de ruines. Les quelques prétendants qui s’opposent encore nouent alliances et accords par des mariages arrangés et sans amour. Seuls les plus subtils, les plus retors – et parfois les plus lâches -l’emporteront…
Et pendant ce temps, par-delà les mers, loin dans les Terres brûlées, Daenerys, dernière descendante des Targaryen, conquiert un gigantesque empire dans l’espoir de restaurer l’antique puissance de Valyria et de ses dragons.

T9 : La loi du régicide, Bantam (USA, 2000) / Pygmalion (2003) / J’ai Lu (2004)

Quatrième de couverture : Les Sept Couronnes, désolées et exsangues, sont enfin réunies sous une même bannière : celle du roi Stannis Baratheon. Pourtant, la menace gronde. Au nord, le Mur est assailli par les Sauvageons. S’ils le franchissent, les forces de l’hiver balaieront tout sur leur passage. Face à ce danger se dresse, impassible, la Garde de Nuit, dernier rempart contre le froid et la mort, fidèle au poste mais tellement diminuée : il ne reste qu’une poignée d’hommes fatigués, désabusés, parmi lesquels Jon, le bâtard des Stark.
Tandis que, dans la tourmente, le nain Tyrion, seul contre tous, essaie de se disculper d’un régicide…

1200 pages (relié) / 1152 pages (broché)
Relié : 26 € / Broché : 18,50 € / Numérique : 17,99 €

« Le trône de fer est une saga passionnante. » ActuSF

Énorme. Tout simplement énorme.
Plus de 1100 pages durant lesquelles mon cœur a palpité. Des retournements de situation et des révélations à chaque chapitre. Je pense qu’il n’y en a pas un seul pour lequel je n’ai pas juré puis secoué mon conjoint en lui disant : « ce livre est génial ! ».

L’intégrale 2, en étant loin d’être mauvaise, semblait un peu plate. Ici, c’est très loin d’être le cas. Seuls les chapitres concernant Arya m’ont un peu lassé… au début. Car à partir du moment où elle croise le chemin du seigneur La Foudre, l’action prend le pas, accompagnée par une foule de révélations.

Si dans le tome précédent, les protagonistes semblaient s’écarter les uns des autres, ce n’est que pour mieux les rassembler dans ce tome-ci. Ou au moins faire en sorte que leurs chemins se croisent. C’est ainsi que l’on va en apprendre plus sur le limier, suivre les péripéties de Brienne et Jaime, commencer à comprendre la femme rouge, Mélisandre, de même que faire un bout de chemin parmi les sauvageons. Des personnages que l’on croyait disparus vont refaire surface alors que d’autres, d’innombrables autres, vont disparaître pour de bon (quoique ?).

«On le savait déjà, on en a aujourd’hui la confirmation : Le trône de fer est un nouveau classique du genre. À lire absolument. » ActuSF

La plupart des lecteurs vont même apprécier certains personnages, autrefois détestables. C’est le cas de Jaime Lannister, par exemple. Il nous lègue le plus lourd secret de Westeros en même temps qu’à Brienne : ce qu’il s’est réellement passé lorsqu’il a trahi ses vœux et s’est ainsi attribué le sobriquet de « régicide ». En parallèle, son frère Thyrion, grand favori du public suite à ses actions héroïques et justes dans l’intégrale 2, va quant à lui redescendre sur l’échelle de l’applaudimètre. Quoique son dernier chapitre le rehausse dans mon estime.

Dans le cycle du Trône de Fer, rien n’est figé. Monsieur Martin sait nous surprendre là où l’on ne s’y attend vraiment pas. Attention, si certaines scènes sont inattendues, d’autres le sont pourtant moins. Il est clair assez tôt qu’il faudra un nouveau lord Commandant de la Garde de Nuit. À votre avis, qui va prendre cette place ? C’est cousu de fil blanc (ou noir ?).
Alors que le voile commence à se lever au sujet des « vrais Dieux », on devine aisément que dans les tomes suivants, à un moment ou l’autre, Daenerys va débarquer avec ses dragons pour non pas reprendre la couronne (enfin si, mais pas uniquement) mais surtout pour combattre ce qui menace cette couronne : les Marcheurs Blancs, les Autres, animés par le « Dieu que l’on ne nomme pas », l’opposé de R’hllor. Car c’est bien elle, l’élue de R’hllor annoncée par la comète rouge.
Enfin tout ça… c’est ma théorie. Mais G.R.R. Martin nous a déjà démontré qu’il était le grand vainqueur de cette partie de stratégo. Impossible de savoir quel sera son prochain coup.

La magie, l’action, le suspense et la politique prennent une part égale dans ce livre. Chaque ingrédient est exquisément dosé. En ce qui me concerne, aucune cure de désintoxication ne parviendra à m’ôter le rêve de chevaucher un dragon par-dessus le mur. Ni celui de voir Drogon carboniser Cersei…

Une critique de Doris Facciolo précédemment publiée sur la Magie des Mots  à cette adresse.

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s