Critique : « Elamia » (trilogie), d’Erik Wietzel

Quatrième de couverture : Les morts vont envahir le monde d’Elamia. Une armée de conquête lancée depuis l’au-delà par Golan Tark, le plus puissant sorcier de l’Histoire. La guerre sera terrible et désespérée, et les vivants sont condamnés.
Qui pourrait unifier la résistance : Adrian, l’empereur légendaire, qui chevauchait naguère à travers le chaos et le feu ? Jocquinius, le vieux mage dont l’ordre religieux s’accroche au pouvoir ? Hélas, le premier a disparu dans la défaite brutale qui provoqua la chute de son règne et le second n’aimerait rien tant que se retirer des affaires du monde.
Alors, d’où viendra le salut ? Peut-être de cet homme sans mémoire, errant dans les ruines. Son destin l’entraînera dans une quête fabuleuse jusqu’aux confins du monde où rôdent des démons sournois, où conspirent des prêtresses aux mystérieux pouvoirs, et où l’attendent les dragons au cœur des montagnes…

« En Fantasy, il y a les auteurs classiques, qui savent souvent nous divertir avec talent, et puis il y a Erik Wietzel. Ses histoires sont tout bonnement ce que j’ai lu de plus réussi en la matière. » Maxime Chattam

Né en 1967, Erik Wietzel est l’un des plus beaux talents de la Fantasy et du thriller. On lui doit notamment Les Dragons de la cité rouge et Ne cherche pas à savoir. Il est membre de la Ligue de l’Imaginaire, composée également de Bernard Werber et Henri Loevenbruck, entre autres.

Détails techniques :

Fantasy / Trilogie intitulée Elamia

Editeur : Bragelonne (2005-2007)

T1 – Les Mirages d’Elamia – Numérique : 12,99 €

T2 – La Forteresse des Secrets – Numérique : 12,99 €

T3 – La Mère des Tourments – Numérique : 12,99 €

Intégrale : 960 pages (broché) – 10 €

Vous l’aurez certainement compris en voyant mon pseudo mais Elamia est pour moi un énorme coup de cœur.
Je ne l’ai pas choisi, on me l’a offert et j’ai immédiatement été interpellée par cette couverture, ce résumé bien intrigant et ce nombre incroyable de pages. Il faut dire que j’adore les gros pavés, d’autant plus lorsqu’ils sont porteurs d’une histoire sombre comme celle-ci ! Si je devais décrire cet ouvrage en un mot, je dirais original. Oui original, car l’auteur a su se démarquer de tout ce que j’ai pu lire jusqu’à présent en Fantasy.

Je n’ai pas eu l’impression que son univers, son histoire ou ses personnages étaient calqués sur d’autres. Au contraire, ils relèvent d’une vraie création personnelle.
Au fil des pages, on navigue entre de nombreux personnages, plusieurs contrées, ce qui permet de ne pas s’ennuyer une seule seconde. Alors oui, quelquefois c’est un peu difficile de suivre le fil conducteur, mais l’univers est tellement dense et bien travaillé, l’histoire se devait d’être un minimum complexe.

J’ai beaucoup aimé les différentes versions de l’au-delà. Galameh est d’ailleurs superbement bien décrit.

Erik Wietzel insuffle un vent de renouveau sur la Fantasy et elle en avait grandement besoin !

Une critique d’Elamia publiée le 14 avril 2012 sur Babelio  à cette adresse.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s