Critique : « La Servante écarlate », de Margaret Atwood

Quatrième de couverture : Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred, « servante écarlate » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de…

Critique : « 1984 », de George Orwell

Quatrième de couverture : De tous les carrefours importants, le visage à la moustache noire vous fixait du regard. Il y en avait un sur le mur d’en face. BIG BROTHER VOUS REGARDE, répétait la légende, tandis que le regard des yeux noirs pénétrait les yeux de Winston… Au loin, un hélicoptère glissa entre les toits,…

Critique : « Les Monades urbaines », de Robert Silverberg

Quatrième de couverture : En l’an 2381, la Terre porte soixante-dix milliards d’êtres humains dont la devise est : Croissez et multipliez. Ils habitent des tours de mille étages, les monades urbaines, et jouissent d’une totale liberté sexuelle. Ils ne quittent jamais leurs villes verticales et explorent rarement un autre étage que le leur. Ils vivent…

Critique : « Métro 2034 », de Dmitry Glukhovsky

Quatrième de couverture : 2034. La station Sevastopolskaya produit de l’électricité qui alimente le métro moscovite, mais la dernière caravane d’approvisionnement n’est jamais réapparue, pas plus que les groupes de reconnaissance envoyés à sa recherche…Ils seront trois à devoir résoudre cette énigme. Hunter, le combattant impitoyable revenu d’entre les morts, rongé de l’intérieur par les ténèbres…

Critique : « Métro 2033 », de Dmitry Glukhovsky

Quatrième de couverture : 2033. Une guerre a décimé la planète. La surface, inhabitable, est désormais livrée à des monstruosités mutantes. Moscou est une ville abandonnée. Les survivants se sont réfugiés dans les profondeurs du métropolitain, où ils ont tant bien que mal organisé des microsociétés de la pénurie.Dans ce monde réduit à des stations en…

Critique : « La vie éternelle », de Jack Vance

Quatrième de couverture : À Clarges, on peut être un gluron et mourir du jour au lendemain. On peut aussi suivre la pente et devenir successivement Couvée, Cale, Troisième, Seuil et enfin, accomplissement ultime, Amarante. S’ouvre alors à vous la vie éternelle. Mais gare à vous si vous déviez de la voie qui vous est tracée…

Critique : « Calamité » (Cœur d’acier – T3), de Brandon Sanderson

Quatrième de couverture : Calamité a créé les Épiques et le destin de David est lié à leur infamie. Cœur d’Acier a tué son père. Brasier lui a volé son cœur. Et maintenant, Prof, son ancien ami et mentor, a rejoint les rangs de l’ignoble Regalia. Autrefois chef des Redresseurs, Prof s’est laissé envahir par les…

Critique : « Brasier » (Cœur d’acier – T2), de Brandon Sanderson

Quatrième de couverture : « Je m’appelle David Charleston, et je tue ceux qui ont des super-pouvoirs. »Cœur d’Acier est mort et Newcago est libre. La disparition du tyran aurait dû rendre la vie plus simple, et pourtant David se pose des questions. Mais personne à Newcago ne peut lui offrir de réponses… C’est à Babylon…

Critique : « Heureux qui comme Alyce » (T1 & 2), de Jérémy Bouquin

Autodidacte, réalisateur de courts et moyens-métrages, Jérémy Bouquin est auteur de romans policiers. Il a été président de l’association tourangelle Les Tontons Filmeurs. Sous l’alias Jrmy, il est scénariste de la BD polar Le Privé. Heureux qui comme Alyce est le premier roman SF (un diptyque) de cet auteur.