Critique : « Alexandre le Grand et les aigles de Rome », de Javier Negrete

Quatrième de couverture : Alexandre le Grand est mort à Babylone le 28 daisios au soir, c’est-à-dire le 10 juin de l’an 323 avant J.-C., à l’âge de trente-trois ans. Alexandre le Grand ne meurt pas ce jour-là. Un mystérieux médecin qui se dit envoyé par l’oracle de Delphes le sauve d’une tentative d’empoisonnement. Six ans…

Critique : « Anno Dracula » (Anno Dracula – T1), de Kim Newman

Quatrième de couverture : Londres 1888. Depuis que Dracula a épousé la reine Victoria, la terreur règne sur la capitale. Sous l’influence du sulfureux comte, les citoyens sont de plus en plus nombreux à rejoindre les rangs des vampires, toujours plus puissants, et il ne fait pas bon être simple mortel. Mais la riposte ne se…

Critique : « Le Déchronologue », de Stéphane Beauverger

Quatrième de couverture : « Je suis le capitaine Henri Villon, et je mourrai bientôt.Non, ne ricanez pas en lisant cette sentencieuse présentation. N’est-ce pas l’ultime privilège d’un condamné d’annoncer son trépas comme il l’entend? C’est mon droit. Et si vous ne me l’accordez pas, alors disons que je le prends. » Ainsi débute le récit du capitaine…

Critique : « Darwinia », de Robert Charles Wilson

Quatrième de couverture :  Mars 1912, l’Europe et une partie de l’Angleterre disparaissent subitement, remplacés par un continent à la faune et à la flore non terrestres que l’on ne tarde pas à nommer la Darwinie. Pour le jeune Guildford Law, cette tragédie n’a rien d’un miracle ou d’une punition divine ; plutôt une énigme que…

Critique : « Jonathan Strange & Mr Norrell », de Susanna Clarke

Quatrième de couverture :  1806. Dans une Angleterre usée par les guerres napoléoniennes, un magicien à l’ancienne mode, Mr Norrell, offre ses services afin d’empêcher l’avancée de la flotte française. En quelques jours, les Anglais ont repris l’avantage. Norrell devient la coqueluche du pays. C’est alors qu’il fait la connaissance d’un jeune et brillant magicien, Jonathan…

Critique : « Rêve de fer », de Norman Spinrad

Quatrième de couverture : Et si, écœuré par la défaite allemande en 1918, Adolf Hitler avait émigré aux Etats-Unis ? S’il s’était découvert une vocation d’écrivain de science-fiction ? S’il avait rêvé de devenir le maître du monde et s’était inspiré de ses fantasmes racistes et belliqueux pour écrire Le Seigneur du Svastika, un roman couronné…

Critique : « Civilizations », de Laurent Binet

Quatrième de couverture : Vers l’an mille : la fille d’Erik le Rouge met cap au sud avec son mari, quelques hommes, du bétail et des chevaux.1492 : Colomb ne découvre pas l’Amérique.1531 : les Incas envahissent l’Europe. Ce qui a manqué aux Incas pour résister aux conquistadors : le cheval, le fer, les anticorps….

Critique : « Fahrenheit 451 », de Ray Bradbury

Quatrième de couverture : 451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s’enflamme et se consume.Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres, dont la détention est interdite pour le bien…

Critique : « Du sel sous les paupières », de Thomas Day

Quatrième de couverture : Saint-Malo, 1922. Sous la brume de guerre qui recouvre l’Europe depuis la fin de la Grande Guerre, Judicaël, seize ans, tente de gagner sa vie en vendant des illustrés. Mais, pour survivre et subvenir aux besoins de son grand-père, il lui arrive de franchir légèrement les bornes de la légalité. Jusqu’au jour…