Critique : « Le Trône de Fer » (T1 & 2 – intégrale 1), de George R.R. Martin

Quatrième de couverture : Le royaume des Sept Couronnes est sur le point de connaître son plus terrible hiver : par-delà le Mur qui garde sa frontière nord, une armée de ténèbres se lève, menaçant de tout détruire sur son passage. Mais il en faut plus pour refroidir les ardeurs des rois, des reines, des chevaliers et des renégats qui se disputent le trône de fer.
Tous les coups sont permis, et seuls les plus forts, ou les plus retors, s’en sortiront indemnes…

Né en 1948 dans le New Jersey, George R.R. Martin vendit sa première nouvelle à la revue Galaxy en 1970 et ne cessa jamais d’écrire depuis, que ce soit sous la plume d’un journaliste, d’un scénariste pour la télévision ou d’un romancier à plein temps. Tous les genres de l’imaginaire ont connu ses faveurs : science-fiction d’abord (L’agonie de la lumière, Chanson pour Lya, …), puis fantastique (Riverdream, Armageddon Rag), mais c’est aujourd’hui à la fantasy qu’il consacre tout son temps. Son immense saga Le trône de fer – une fresque épique à mi-chemin entre Les rois maudits et Excalibur – connaît un tel succès mondial que la chaîne américaine HBO l’a adaptée en série télévisée sous le titre Game of Thrones. Il est également l’auteur de Dragon de glace chez Flammarion jeunesse et directeur de la série Wild Cards publiée chez J’ai lu.
George R.R. Martin a été récompensé par de nombreux prix littéraires et a été sélectionné par le magazine Times dans la liste des 100 personnes les plus influentes du monde en 2011.

Détails techniques :

Fantasy – Intégrale 1 compilant les tomes 1 et 2 :

T1 : Le Trône de Fer, Bantam (USA, 1996) / Pygmalion (1998) / J’ai Lu (2000)

Quatrième de couverture : Après avoir tué le monarque dément Aerys II Targaryen, Robert Baratheon est devenu le nouveau souverain du royaume des Sept Couronnes. Tandis qu’en son domaine de Winterfell, son fidèle ami le duc Eddard Stark rend paisiblement la justice. Mais un jour, le roi Robert lui rend visite, porteur de sombres nouvelles : le trône est en péril. Stark, qui s’est toujours tenu éloigné des affaires du pouvoir, doit alors abandonner les terres du Nord pour rejoindre la cour et ses intrigues. L’heure est grave, d’autant qu’au-delà du mur qui protège le royaume depuis des siècles, d’étranges créatures rôdent…

T2 : Le Donjon rouge, Bantam (USA, 1996) / Pygmalion (1999) / J’ai Lu (2001) – Grand Prix LOCUS du meilleur roman américain dans sa catégorie

Quatrième de couverture : Le royaume des Sept couronnes est en pleine tourmente. Jouet de perfides intrigues nouées dans l’ombre autant que de grands seigneurs qui n’attendent qu’une occasion pour se rebeller, Eddard Stark, main du roi, tente d’y faire régner l’ordre et la justice au nom de son souverain… Mais ses efforts semblent vains. Car comment protéger le roi Robert Baratheon des complots alors que celui-ci, imprévisible, n’aspire qu’à braver le danger ? Comment imposer la paix à des barons qui ne rêvent que de batailles et de pouvoir ? Et de plus, comment résister à cet engrenage infernal alors qu’au-delà des mers, une armée s’assemble pour fondre sur le royaume ?

802 pages (relié) / 790 pages (broché)
Relié : 22 € / Broché : 17 € / Numérique : 16,99 €

« Il faudra une bonne raison pour ne pas lire un roman de cette qualité. Vivement la suite ! » Bifrost

Voici une saga que tout le monde connait, au moins de nom. Car, en effet, Le Trône de Fer fait beaucoup parler de lui. Livres best-sellers et série télé la plus piratée au monde en 2011 nous content une histoire poignante où les intrigues politiques malmènent des personnages tantôt attachants, tantôt révoltants. Le scénario se déroule dans un monde inconnu où les saisons peuvent durer plusieurs vies. Les étés sont bien souvent trop courts face aux hivers de plusieurs décennies où règnent alors des créatures sombres et immondes. Du moins, c’est ce que raconte Vieille Nan aux enfants Stark, famille régnante sur les domaines du nord et de la principauté nommée Winterfell.

Mais heureusement, nous sommes en plein été. Enfin, pour l’instant… car la devise des Stark est bel et bien « l’hiver vient ». Et en effet, après plusieurs millénaires, les marcheurs blancs refont surface au-delà du mur. D’aucuns pensent qu’ils n’ont jamais existé et qu’il ne s’agit que d’une légende, tout comme la magie. Mais que savent encore les hommes d’aujourd’hui de ce qui existait ou non il y a des milliers d’années ?

Mais voilà que Robert Baratheon, Roi des sept couronnes (donc du continent tout entier) et ami d’enfance de Ned Stark, seigneur de Winterfell, vient rendre visite à ce dernier avec toute la cour et ce qui va avec. C’est à ce moment qu’arriva le petit détail qui allait changer toute l’histoire de Westeros : Bran, l’un des fils de Ned, va grimper aux tours du château comme il en a l’habitude mais cette fois, il y verra l’interdit avant de tomber en arrière et de se fracasser la colonne vertébrale.

« Martin nous emporte dans un véritable tourbillon d’aventures, nous accordant à peine le temps de reprendre haleine pour nous emmener encore plus loin sur les chemins de l’inéluctable destin de ses héros aux sentiments exacerbés par le fil de l’épée ou la brise feutrée de sentiments chuchotés… » Elbakin.net

S’ensuit une ribambelle de complots entre les différentes maisons du royaume, sans parler des questions que Ned se pose au sujet de la mort de l’ancienne Main du Roi. Était-ce vraiment une mort naturelle ou un meurtre ? Par qui et surtout pour quelle raison ?
Alors que Ned est nommé nouvelle Main du Roi et qu’il doit suivre son ami Robert à Port-Réal, bastion de la couronne, sa femme soupçonne les Lannister (famille de la Reine) d’avoir tenté de tuer son fils Bran.

J’allais presque oublier de vous parler de Daenerys Targarien. Elle et son frère sont les derniers représentants de la maison Targarien, ancienne famille royale dont le sang a été mêlé à celui des dragons, aujourd’hui disparus. Chassés par Robert, Ned et les Lannister, ils ont passé leur enfance à fuir et se cacher. À présent, ils recherchent l’aide des seigneurs des cheveux, les Dothrakis, sur l’autre continent, pour tenter de reprendre le Trône de Fer avec leur puissante armée.

Bref, vous l’aurez compris, beaucoup d’intrigues, de mouvements, de personnages… Oh oui ! Enormément de lieux et de personnages ! Heureusement que la carte est présente dans les dernières pages pour nous aider à suivre tous les mouvements des protagonistes. Par contre, rien d’utile pour ma pauvre mémoire concernant les noms de tous ces bonshommes et bonnes-femmes. Quelle imagination fertile, ce Mr. Martin !

Ce livre m’a agréablement surprise. Il est définitivement destiné aux adultes. Je doute que les plus jeunes s’intéressent aux intrigues politiques et familiales qui foisonnent dans ce roman, sans parler des scènes plutôt « hard ». C’est pourtant loin d’être rébarbatif car l’écriture est ainsi faite que l’on s’attache facilement aux personnages-conteurs et que l’on hait tout aussi facilement la famille Lannister et ses larbins. Bien que d’un certain côté, on peut aussi se mettre à la place de la Reine Cersei qui fait tout pour protéger ceux qu’elle aime.

J’ai vraiment été impressionnée par la qualité des détails. Tout a été pensé : les blasons des grandes familles aux plus petites, les territoires avec leurs histoires et légendes, tout y passe. Et malgré le fait que l’histoire principale repose sur les Grands Hommes, on y découvre aussi la façon de vivre des petites gens.

Une longue saga. Très longue et encore inachevée à l’heure actuelle. Mais que je conseille à tout le monde. Le Trône de Fer mérite largement sa place dans toute bibliothèque, au même titre que Le Seigneur des Anneaux (même plus !).

Une critique de Doris Facciolo précédemment publiée sur la Magie des Mots  à cette adresse.

3 commentaires Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s